Rechercher

Association LIT OUESTEREL : publication du rapport d'activité 2020

Mis à jour : avr. 13

Notre Association a aujourd’hui un an et quelques semaines d’existence. En dépit des difficultés liées à la crise sanitaire de la Covid-19 dont nul ne peut prédire la fin et qui continuera à contraindre nos modes d’échanges et nos actions sur au minimum plusieurs mois encore, nous avons pu et su, grâce au travail et aux engagements des uns et des autres, mettre l’Association sur de bons rails. Un grand merci à toutes et tous.


L’Association compte, à la fin de 2020, 53 membres, et d’autres acteurs frappent à la porte.

Sa raison d’être, réconcilier élevage et société via l’amélioration du bien-être des animaux d’élevage, la réduction des usages d’antibiotiques en élevage tout en garantissant la santé des animaux, et l’amélioration des conditions de travail et de vie des acteurs des filières animales est plus que jamais d’actualité. Elle l’est d’autant plus dans les trois régions de l’Ouest de la France qui sont nos terrains privilégiés d’intervention, compte tenu de l’importance économique, sociale et sociétale des filières animales dans cet ensemble géographique.


Son mode d’action qui est celui de la co-construction mise en œuvre dans le cadre d’un dispositif d’innovation ouverte qu’est le living lab est adaptée à la prise en compte des attentes souvent contradictoires de toutes les parties prenantes dans un contexte où leur conciliation exige écoute, dialogue, compromis. Cette modalité de travail est exigeante, notamment en termes de temps consacré à entendre les arguments de l’autre, y compris et peut-être surtout ceux avec lesquels on n’est pas spontanément d’accord. C’est le prix à payer pour redonner un avenir pérenne aux filières animales dans l’Ouest de la France. On notera d’ailleurs, avec satisfaction, la multiplication des initiatives de living labs dédiés à l’agriculture, à l’agro-alimentaire et à l’alimentation aux échelles de notre pays, de l’Union européenne et du monde. Et ce coût à court terme se traduira en bénéfices à moyen et long terme car sans acceptabilité sociétale des conditions d’élevage, il n’y aura pas de futur pour les productions animales. Tout comme il n’y aura pas de futur si les acteurs économiques des filières animales, des producteurs jusqu’aux distributeurs, ne s’y retrouvent pas.

Au-delà du travail sur les référentiels techniques Santé et Bien-Etre Animal (SBEA) qui permettent notamment d’identifier les points prioritaires d’amélioration et de progrès – référentiels techniques dont il existe une première version pour le poulet de chair et dont une première version est en cours d’élaboration sur le porc, les opérations dites de co-construction de solutions SBEA et de traque aux innovations, que celles-ci émanent du terrain (innovations montantes ou bottom-up) ou soient le fruit des efforts d’acteurs publics et privés œuvrant dans le domaine de la recherche, du développement et de l’innovation (innovations descendantes ou top-down), sont désormais bien lancées. Parallèlement, le travail relatif aux opérations ciblées sur des innovations SBEA spécifiques a commencé. Au total, l’année 2020 a ainsi pu être mise en profit pour placer l’Association sur de bons rails.

Tout ceci n’aurait pu se faire sans vous. C’est donc avec grand plaisir que je terminerai ce premier éditorial en vous remerciant toutes et tous : la Banque des Territoires pour son soutien financier dans le cadre du programme des Territoires d’Innovation qui fournit en outre un cadre d’échanges avec d’autres projets partageant la préoccupation de modèles renouvelés de développement territorial ; les trois Conseils régionaux de Bretagne, de Normandie et des Pays de Loire pour leur soutien financier et leur implication dans les travaux relevant de leurs compétences territoriales respectives ; les trois collectivités territoriales du Pays d’Ancenis (COMPA), du Kreiz-Breizh (CCKB) et du Pays d’Argentan, d’Auge et d’Ouche (P2AO) qui sont nos trois territoires pilotes de dialogue et d’expérimentation ; vous tous, membres de l’Association, pour votre implication au quotidien dans les différentes actions et opérations de l’Association car au-delà des ressources financières, l’Association ne peut vivre sans ce qui est sa richesse première, les femmes et les hommes qui sont bien plus que de « simples » ressources humaines ; enfin, last but not least, l’équipe opérationnelle de l’Association qui a su s’adapter aux conditions de travail quelque peu particulières du moment et a permis à ce que puissions être fiers des premiers résultats, ainsi que deux personnes, Sandrine Jacolot d’Eureden et Alain Montembault de Terrena qui ont joué un rôle majeur au début de cette belle aventure et sans qui l’Association ne serait pas.


Je formule ici le vœu que nous puissions à nouveau nous voir physiquement en cette année 2021, notamment à l’occasion de l’évènement d’échange et de communication que nous allons organiser à l’automne 2021, évènement qui sera à la fois sérieux et convivial. Sérieux car il importe de poursuivre et d’intensifier le travail et de le traduire en résultats qui répondront à vos attentes. Convivial car c’est aussi par les relations informelles, la connaissance et l’apprentissage de l’autre que notre travail collectif s’inscrira dans la durée nécessaire à la réalisation de l’ambition de l’Association.


Bien cordialement à toutes et tous,

Hervé Guyomard

Président de l’Association LIT OUESTEREL



Rapport d'activité 2020
.
Download • 1.99MB

121 vues0 commentaire